non binaire, pronoms

Le langage neutre en français : pronoms et accords à l’écrit et à l’oral

Si vous appréciez mon travail et que vous voulez m’aider à financer ma transition, vous pouvez le faire ici : http://ko-fi.com/alexbenjamin !
Ko-Fi est un système de « pourboire » pour aider les créateurs grâce à des dons de petites sommes.


Quels pronoms neutres en français ?

Comme je vous l’expliquais dans un précédent article, il existe de nombreux genres non-binaires, différents des genres les plus courants que sont homme et femme. Parfois, les personnes non-binaires utilisent les pronoms « classiques » que sont il et elle*. D’autres fois, ces pronoms ne conviennent pas : ils sont trop connotés, trop genrés.

Face à l’absence de pronoms neutres ou non-binaires en français, des néologismes ont été crées. Les plus courants sont résumés sur l’image à la une de cet article, et détaillés dans la liste ci-dessous. Cette liste n’est pas exhaustive ! Si votre pronom n’en fait pas partie, n’hésitez pas à m’envoyer un message pour que je l’ajoute !

*

iel est le pronom “non-binaire” le plus courant, il est utilisé par certaines personnes non-binaires et peut également servir pour parler d’une personne dont on ne connaît pas le genre. Il ne convient cependant pas à tout le monde, notamment les personnes s’identifiant en dehors du spectre masculin-féminin, qui lui reproche d’être un “mélange” de il et elle. Il existe aussi une orthographe alternative, yel, prononcée de la même façon.

ul et ol sont souvent préférés par les personnes dont le genre est totalement extérieur aux notions de féminin et de masculin/ de femme et homme. Bien sûr ce n’est qu’une remarque, et si vous êtes demigirl mais que vous préférez utiliser ol, aucun problème !

– ael a également l’avantage de ne pas ressembler de trop près aux pronoms il et elle, tout en ayant une forme assez « classique » de pronom (voyelle(s) + l). Il peut être utilisé avec les accords en -ae mais tous les accords sont possibles.

im et em ont l’avantage d’être “à moitié” proches des pronoms il et elle et peuvent convenir particulièrement bien aux personnes ayant un genre proche du masculin ou du féminin, ou ayant plusieurs genres dont homme ou femme.

ille et el ont aussi cet avantage, en plus de sonner comme les pronoms il et elle à l’oreille ! On peut aussi rencontrer le pronom ille prononcé comme dans le mot « grille ».

*

Tous ces éléments constituent des pistes de réflexions si vous souhaitez choisir quel pronom utiliser, mais nullement des règles ! Utilisez le pronom avec lequel vous êtes le plus à l’aise, et ne laissez personne vous dire que vous n’êtes pas légitime dans votre choix de pronom !

Comment les utiliser ?

Les deux infographies ci-dessous résument les moyens les plus courants de s’exprimer au neutre à l’oral et à l’écrit. Il est également possible d’utiliser un pronom non-binaire, mais des accords au masculin ou au féminin. Il n’y a pas de règle gravé dans le marbre, les accords dépendent de votre ressenti !

tumblr_o4wjo6MJxA1v7wj9po1_r1_1280

Quelques petites précisions sur cette infographie :

  • on peut aussi utiliser les accords en -ae, comme dans « yel est fatiguae », ce qui a de plus le mérite de pouvoir s’utiliser à l’écrit et à l’oral
  • les pronoms objets soi et ellui sont des pronoms réfléchis, ils servent dans des phrases comme « je vais chez ellui » ou »je vais chez soi » mais sont moins lisibles si on les utilise comme des pronoms non réfléchis, comme dans « je vais ellui chercher » (préférer : « je vais lea/lo chercher »).

tumblr_o5zfs5qlVq1v7wj9po1_r2_1280

J’espère que cet article vous aura donné quelques éléments pour vous exprimer de façon non genrée en français ! Si vous avez des questions, besoin de plus d’exemples ou des suggestions, n’hésitez pas à laisser un commentaire ou à me contacter !


* il est tout à fait légitime de la part de personnes non-binaires de vouloir utiliser les pronoms il ou elle, même s’il s’agit des pronoms qui leur ont été « assignés » à la naissance. Le choix des pronoms qu’une personne utilise est personnel et ne doit pas être remis en question !



Si vous appréciez mon travail et que vous voulez m’aider à financer ma transition, vous pouvez le faire ici : http://ko-fi.com/alexbenjamin !

Ko-Fi est un système de « pourboire » pour aider les créateurs grâce à des dons de petites sommes.

21 réflexions au sujet de “Le langage neutre en français : pronoms et accords à l’écrit et à l’oral”

  1. Un pronom que j’utilise et que nombre de mes ami.es non-binaire utilise est æl, je suis etonné que tu n’en parle pas les accord en -æ étant utilisé de manière fréquente avec celui-ci

    J'aime

    1. Comment cela se prononce? Prononce-t-on littéralement le a et le el séparément comme a-el? ou j’imagine autrement un son penchant vers un è… presque « el »
      Et comment cela se prononce à la fin d’un accord?

      J'aime

  2. Merci beaucoup! Je suis enseignante et j’essaye de m’habituer à utiliser pronoms et accord non binaires en prévision du jour où j’aurai un.e élève non binaire dans une de mes classes pour respecter autant que possible son identité. C’est la meilleure infographie que j’ai trouvée sur le sujet.

    J'aime

    1. Bonjour ! Merci beaucoup pour votre commentaire qui, je l’avoue, me fait très plaisir. Et merci à vous pour votre démarche ! Je rêve du jour où les étudiants et élèves trans & non binaires pourront être respecté.es tout au long de leur scolarité 🙂

      J'aime

  3. Bonjour ! Merci pour l’article, plutôt intéressant !
    Cependant, utiliser « ille » à l’oral me semble étrange, vu qu’il est phonétiquement similaire à « il ». Si on utilise un pronom neutre qui se confond avec un pronom non neutre, je trouve que cela perd de son intérêt…

    J'aime

    1. Bonjour !
      Au contraire je trouve que ces pronoms sont intéressants car ils ne changent pas à l’oral. Le fait de choisir d’utiliser un pronom tel que iel ou ul par exemple, va demander tout une démarche derrière. Il va falloir demander aux personnes que l’on rencontre de l’utiliser, comme la plus part des gens ne savent même pas que la non binarité existe ils ne vont pas comprendre, il va falloir leurs expliquer, ce justifier, faire leur éducation, ce cogner à l’ignorance et l’intolérance des gens, ect. Franchement pas un programme très réjouissant. Je considère que ce n’est pas mon rôle d’éduquer les gens et je n’ai de justification à donner à personne. L’emploi d’un pronom tel ille ou el protège de l’intolérance et évite d’avoir à expliquer et éduquer tout le monde.

      J'aime

  4. Merci beaucoup pour tous les infos ici ! Moi, je suis en train de rechercher le genre neutre en français. Une question : comment prononcer « iel » — c’est comme « yel » ? Je voudrais incorporer ce pronom dans mes cours pour que mes étudiants puissent l’utiliser régulièrement. 🙂 mille mercis !

    J'aime

      1. J’ai une autre question pour vous. En ce qui concerne les accords des adjectifs et verbes, quelle terminaison préférez-vous ? (à l’orale et à l’écrit)
        En plus, vous avez mentionné -ae (prononcé comme é j’imagine ?) — Est-ce que c’est plus répandue comme façon de s’accorder des adjectifs et pronoms neutres ? Merci en avance pour votre réponse.

        J'aime

  5. Merci beaucoup pour cet article! C’est très intéressant et il me semble vraiment nécessaire au jour d’aujourd’hui que plus de gens sachent tout ça!
    C’est aussi utile, par exemple il y a des livres en anglais (d’une auteure qui s’appelle Becky Chambers) dans lesquels des pronoms neutres sont utilisés pour ne pas présupposer le genre d’une personne avant de la rencontrer, et je suis curieuse de voir comment ça a été traduit (je ne les ais pas encore trouvés en librairie pour vérifier)! Ça peut être bien si plus de livres en français peuvent avoir ce genre de représentation!

    J'aime

  6. Le pronom neutre en français existe bel et bien, il s’agit de il, qui en vérité résulte de la fusion entre le pronom neutre et le pronom masculin au début du moyen-âge, pour de plus amples informations et pour parfaire votre culture linguistique je vous renvoi à la lecture de « Grammaire comparée de la Langue Française » de Cyprien Ayer qui vous renseignera sur les mécanismes grammaticaux de notre belle langue ainsi qu’a « La Langue Française, Origine et Histoire » d’Hyppolyte Cocheris et Georges Strehly qui vous éclairera concernant l’histoire et l’évolution de la langue française depuis l’époque du latin vulgaire jusqu’au français contemporain.
    Sinon article intéressant et instructif.

    J'aime

    1. Je t’invite à lire « Non le masculin n’emporte pas sur le féminin » par Viennot, il est plein d’infos au sujet du masculin générique. Il explique comment il est devenu ainsi au debut et pourquoi ce n’est pas vraiment un neutre. En bref, ça a ce qu’on appelle un « male bias » en anglais (désolée je connais pas le terme en français – peut-être un bias masculine?).

      J'aime

  7. Bonjour,
    Merci pour cet article qui aide énormément. Je suis familière du langage neutre dans deux autres langues, mais je lutte encore beaucoup avec ma langue maternelle (simplement par manque d’occasion de l’utiliser sur le sujet).
    Je pense avoir bien saisi l’écrit, mais l’oral me semble plus délicat.
    Par exemple j’écrivais à une amie aujourd’hui que j’ai rdv avec un.e ami.e pour un café aujourd’hui. A l’écrit pas de souci. Mais comment faire à l’oral sans passer par les periphrases qui parfois changent le sens (une connaissance, quelqu’un, une personne sont des termes beaucoup moins personnel qu’un.e ami.e)?
    Et quid des autres cas où l’article un.e doit être utilisé à l’oral ? Et des professions ou conditions (elle est une cavalière exemplaire, il est un cavalier exemplaire, iel est un.e caval-? exemplaire)
    Le français est une langue tellement genrée que j’ai de la peine à maîtriser la gymnastique neutre 😔

    J'aime

    1. Le français n’est pas une langue plus genrée (genré ça n’existe pas comme mot mais je comprend) que les autres, toutes les langues du monde entier se sont construites sur la séparation physique des espèces en deux genres. Le fait que de nouveaux mots apparaissent pour les LGBT… C’est tout nouveau à l’échelle de l’humanité… Il n’y a rien d’établi, ça reste à construire tout ça. Vous ne pouvez pas vous plaindre qu’une manière de réécrire la langue française existant depuis 10 ans ne soit pas encore bien établie avec des codes des règles à suivre et une acceptation globale des média et du peuple… C’est de l’utopie… Pour l’instant, il n’y a aucune règle à suivre, aucun « connaisseur » véritable de ces termes car ils évoluent sans règle fixe, tout ça c’est de l’improvisation pour que les personnes concernées se sentent moins mal. Perso, je sus contre l’emploi de ces nouveaux termes, je pense vraiment que ce n’est pas du tout ça qui va améliorer la condition des LGBT, au contraire même. Ca peut être stigmatisant et clivant d’utiliser un argot spécifique, et les non-LGBT se moquent éperdument de ces manières. Perso, je pense que n’importe qui est capable de supporter de se faire appeler « il » ou « elle », homme, femme, trans ou alien.

      J'aime

  8. Bonjour Alex, je suis entrain d’écrire un livre sur le sexworking et j’ai trouvé ton article intéressant. Bien que je ne traite pas de cette question explicitement dans mon ouvrage, je voulais quand même expliquer à mon lectorat qu’il existe des pronoms neutres, car je considère que tout info est bonne à prendre, concernant ce qui gravite autour des communautés LGBTQ+ qui reste malheureusement des sujets très underground, et au lieu de paraphraser les choses de ton article, je me suis dit qu’envoyer mon lectorat vers ton article, ça sera plus simple. Bien évidemment avant de prendre ce genre d’initiative je préfère te demander si cela ne te dérange pas 🙂
    Amicalement,
    M.R

    J'aime

  9. Franchement merci pour avoir fait cet article cela m’aide beaucoup ! Je suis auteur et pour l’instant je n’avais trouvé aucun site expliquant clairement (comme tu l’a fait) comment conjuguer les verbes ou les pronoms sans genrer. Merci beaucoup!

    J'aime

  10. Salut. Merci pour ton post ç am’a donné quelques pistes
    Je concidère comme intenable la notion même de genre car pour paraphraser quelqu’un, la nature n’a assigné de genre à aucune chose, cene sont que des abus de langage et des co’ve’tion toit comme on dit un arbre mais dans une autre langue on dit une arbre… C’est culturel et subjectif. Je suis donc apogenre, ou metagenre, je ne peux rien genrer et le concept de genre, étant un concept, ne reflète pas la nature. Bref s’il te plait, aide moi à trouver des moyens pour eximer mon apogenrité… Je te reméricie très beaucoup.

    J'aime

  11. c’est pas comme si le pronom indéfini « on » existait déjà, hein…
    donnez lui une forme plurielle et hop. Ca vous évite de passer pour des cons et des emmerdeurs et vous respectez « mieux » la langue française.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s