transition

Soins post-op après une mammectomie (top surgery) – Parcours trans

Cet article se focalise sur les soins post-op à la suite d’une mammectomie en double incision. Pour les mammectomies en périaréolaire, si vous souhaitez témoigner sur les soins nécessaires afin de compléter cet article, n’hésitez pas à m’écrire !

Suite à une mammectomie (aussi appelée mastectomie, ou top surgery en anglais) dans le cadre d’une transition, et si la méthode utilisée est celle dite de la double incision, il est nécessaire de prendre soin de ses cicatrices afin qu’elles blanchissent au maximum et évoluent au mieux. Si vous avez plutôt eu une périaréolaire, ou péri, vous pouvez toujours utiliser ces conseils pour les cicatrices autour de vos tétons, mais d’autres soins plus spécifiques peuvent être nécessaires.

Bien sûr, tout le monde n’est pas obligé de souhaiter que ses cicatrices blanchissent ! Mais même si c’est votre cas, n’hésitez pas à jeter un œil à l’article ci-dessous, car quelques conseils pourraient tout de même vous servir. Dans tous les cas, la façon de cicatriser de chacun, que ce soit en termes de couleur ou d’épaisseur des cicatrices, dépend beaucoup de la génétique. Ces conseils doivent permettre d’optimiser votre résultat individuel.

Tout d’abord, il est important de préciser que l’évolution visuelle d’une cicatrice se fait lentement, en général sur une année au minimum, puis au fil des ans. Cela demande donc une bonne dose de patience de prendre soin de ses cicatrices sur une période aussi longue, mais cela permettra d’avoir un résultat stable par la suite !

Les premiers jours et premières semaines post-op, vous aurez plutôt à gérer la guérison de ce qui est encore une plaie, et pas encore une cicatrice. Évitez de lever les bras, de porter des charges lourdes, suivez les conseils de votre chirurgien en termes de boléros et d’activité physique, et c’est tout ! Puis, quand la cicatrisation est plus avancée, les soins post-op à proprement parler peuvent commencer.

Les liens vers les produits cités dans le corps du texte sont en fin d’article.

Les crèmes et les massages

Ces soins débutent en général vers 3 à 4 semaines post-op. Il faut attendre que les cicatrices soient bien refermées et ne soient plus des plaies avant de commencer l’application de crèmes. Dans tous les cas, le mieux reste de suivre les conseils de votre chirurgien. Selon les méthodes utilisées, les soins ne seront pas forcément les mêmes ! Voici tout de même quelques indications sur les crèmes et produits les plus fréquemment utilisés post-op.

Les produits à base de silicone

Ils permettent l’hydratation des cicatrices et peuvent être utilisés assez tôt dans le processus de cicatrisation. Il existe des rubans adhésifs siliconés, qui peuvent vous être prescrits par votre médecin/chirurgien, et restent peu chers même sans ordonnance. Par exemple, le Micropore Silicone se présente sous forme d’un rouleau de ruban adhésif bleu, souple et peut se trouver en pharmacie. Placé sur les cicatrices, ce ruban permet à la fois de les hydrater et de maintenir les bords de la cicatrice proche, ce qui peut rappeler à la prudence en cas de faux mouvement. Vous pouvez aussi acheter des gels ou crèmes à base de silicone. Ils sont en général coûteux, et non pris en charge par la Sécurité Sociale. Certaines personnes achètent donc des lubrifiants à base de silicone et d’eau, moins chers que les produits marketés « cicatrisation ».

Les crèmes dites corticoïdes

Ce sont des crèmes comme le Diprosone ou le Betneval. Leur application doit permettre d’éviter la formation de cicatrices chéloïdes ou en relief. Elles vous seront prescrites par votre chirurgien si besoin, vous pouvez en discuter avec lui si vous le souhaitez, mais ne cherchez pas à vos en procurez hors ordonnance !

Les huiles

Les huiles sont très utiles pour masser les cicatrices, à partir de 6 semaines post-op en général, selon votre cicatrisation. La plus connue est la Bi-Oil (ou Bio-Oil), que vous trouverez en parapharmacie ou sur le net, car elle est recommandée pour les cicatrices. D’ailleurs, si vous aviez des vergetures sur le torse pré-op (et donc, en général, post-op également), la Bi-Oil est aussi recommandée pour les « traiter » : la peau est censée être plus tonique, ce qui aide beaucoup pour l’évolution du torse post-op ! La Bi-Oil est un peu chère, mais un flacon dure très longtemps, car il suffit de quelques gouttes pour masser tout le torse.

Il est aussi possible d’utiliser de l’huile de coco ou autre huile végétale pour les massages. En général, on conseille de masser en appuyant sur la cicatrice du bout des doigts et en effectuant un mouvement circulaire, ou bien de haut en bas. Certaines personnes effectuent aussi des massages en pinçant leurs cicatrices et en les faisant rouler entre leurs doigts. N’hésitez pas à demande conseil à votre chirurgien quant au moment et à la façon de commencer vos massages. Et une fois que vous avez débuté, soyez prêts à les continuer pendant looooongtemps ! Cela aidera à l’évolution de vos cicatrices, à retendre la peau et à activer le processus de cicatrisation et de blanchiment.

Les crèmes hydratantes

Elles sont particulièrement utiles pour les tétons, qui ont souvent tendance à avoir une peau très sèche en surface, surtout le temps de bien se revasculariser. Vous pouvez par exemple acheter de la Cicafalte. Un tube vous durera très longtemps, car il suffit de peu de crème (par ailleurs très grasse) pour une application.

Le kiné

Il est très fréquent de perdre de la mobilité post-op, surtout après avoir évité de lever les bras pendant une plus ou moins longue période pour avoir les meilleurs résultats possibles. De plus, il est courant d’avoir des adhérences : lors de la cicatrisation, il y a adhérence entre les cicatrices en train de se former et les tissus en dessous, que ce soit au niveau des grandes cicatrices ou des tétons. Les parties avec adhérence restent « immobiles » au lieu de bouger naturellement avec le reste de la peau. Enlever les adhérences permet une meilleure mobilité, et souvent un meilleur résultat esthétique.

Il est possible de commencer le kiné quand les cicatrices sont bien formées, en général vers 6 à 8 semaines post-op. Votre chirurgien ne pensera pas nécessairement à vous en parler, vous pouvez amener le sujet ou même passer par votre médecin traitant pour avoir l’ordonnance qui permettra une prise en charge sécu. Le soin des cicatrices n’étant pas remboursé, il faudra plutôt avoir une ordonnance pour une rééducation des membres supérieurs ou des épaules.

Les massages se font à la main, parfois avec une machine appelée LPG qui permet « d’aspirer » la cicatrice et d’enlever les adhérences. Ce n’est pas systématique d’avoir recours à cette machine, loin de là, car les cicatrices sont encore jeunes et peuvent être trop sensibles pour être massées autrement qu’à la main. De plus, l’usage de machine LPG est considéré comme esthétique et donc non remboursé. Vous pourrez aussi faire des exercices pour regagner en mobilité des bras et des épaules.

Les choses à éviter !

Votre chirurgien ne pensera pas forcément à vous le dire, alors voilà une petite liste de choses à éviter si vous souhaitez des cicatrices le plus claires et fines possibles. Bien sûr, cela dépend fortement de votre cicatrisation naturelle, mais prendre des précautions ne fait pas de mal !

Pas de soleil !

Évitez totalement le soleil, et même la lumière naturelle, pendant au moins un an post-op. Vous ne risquez pas vraiment grand chose en termes de santé à vous exposer (avec de la crème solaire bien sûr), mais toute lumière sur les cicatrices trop tôt dans la cicatrisation provoquera une coloration irréversible. Si vraiment vous ne pouvez pas éviter d’aller au soleil, mettez une bonne couche de crème solaire, idéalement grâce à un stick spécial zones sensibles comme ceux utilisés pour les sports d’hiver (la crème tiendra mieux). Vous pouvez aussi utiliser le ruban adhésif siliconé mentionné plus haut pour couvrir vos cicatrices et éviter toute exposition. Et n’oubliez pas celles autour des tétons !

Pas de bains pendant les premières semaines

Et c’est encore plus important si vous avez des fils résorbables. Bien sûr, vous pouvez vous trempez rapidement le bas du corps dans l’eau pour vous laver post-op, mais évitez de mariner dans l’eau chaude pendant des heures.

Ne pas porter des charges trop lourdes, trop tôt

Surtout après avoir gardé les bras le long du corps pendant des semaines ! Vos muscles pectoraux peuvent être un peu « figés » dans une position contractée à cause de cette immobilité forcée, et au-delà des cicatrices, vous pouvez vous faire mal aux pectoraux en voulant porter des charges trop lourdes trop tôt dans votre cicatrisation. Cela vaut aussi pour la musculation du haut du corps (on conseille d’attendre au moins 3 mois en général).

Ne pas hésiter à poser des questions

Si vous avez des doutes, des douleurs, des interrogations, surtout n’hésitez pas à poser des questions ! Que ce soit à votre chirurgien, votre médecin traitant, votre kiné ou à d’autres personnes trans en ligne, vous devriez assez vite pouvoir trouver des éléments de réponse. Il est normal d’être un peu perdu !

***

Voilà pour les principaux conseils de soins post-op que j’avais à vous donner ! J’espère qu’ils vous auront été utiles. N’hésitez pas à partager vos propres conseils en commentaire !

Vous pouvez soutenir ce blog via Utip.


Les crèmes et produits de soins cités (sans partenariat bien sûr)

Huile Bi-Oil

Micropore Silicone

– exemple de gel silicone pour cicatrice

– la crème Cicafalte

– la crème Betneval

– un exemple de machine LPG

1 réflexion au sujet de “Soins post-op après une mammectomie (top surgery) – Parcours trans”

  1. Très bon article article !

    Des trucs à ajouter:

    Bio-Oil est à base de vitamin E, qui est généralement conseiller pour les cicatrices. Pour la plus part des gens, pas de soucis. Si vous êtes allergique au soja, sachez que la plus part des vitamins E, dont celle de Bio-Oil, est faite à base de soja. Il est rare d’en trouver fait d’autre chose en pharmacie, mais ça se trouve en ligne. Malheureusement, c’est souvent plus cher.

    Si vous avez la peau sensible généralement, et surtout si c’est le cas pour la colle de pansement, il est possible d’avoir une réaction aux rubans adhésifs siliconés. Il peut être sage d’essayer avec un petit bout d’un.e ami.e pour vérifier avant d’acheter soi-même. Ça ne laissera pas de marque permanente à essayer une fois, et ça ne prend pas longtemp pour voir si on a une réaction négative, du genre peau élevée et rouge vif.

    Si vous avez pas passer par la sécu (ou que la votre ne prend pas ce genre de chose en charge par ex dans certaines provinces canadiennes), il peut être possible de trouver des écoles à la recherche de volontaire pour que les étudient.e.s qui souhaitent pratiquer le massage pour les cicatrices. C’est alors généralement gratuit ou à un prix très réduits.

    Une dernière chose, plus rigolotte que conseil : si ça fait un moment que vous porter un boléro en tout temps, vous aurez peut-être un peu plus froid que d’habitude cet hivers! Ne soyez pas surpris si il faut porter plus de vêtements qu’auparavant.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s